L'HEURE EST VENUE

dimanche 18 mars 2018

Ce dimanche, une semaine avant l'entrée dans Jérusalem, nous fait voir et entendre la détermination de Jésus et de son Père pour notre salut. Il y a d'abord ces Grecs qui demandent : "Nous voudrions voir Jésus." Et de l'un à l'autre, la demande arrive à Jésus qui dit : "L’HEURE EST VENUE où le Fils de l’homme doit être glorifié." Et pourtant il sait lui ce qui l'attend, la souffrance, la mort et la résurrection…

Le discours de Jésus se porte ensuite vers un phénomène que nous connaissons bien, la mort de la semence, de la graine mise en terre, afin de produire une nouvelle plante : "si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit." C'est là une apparente opposition mais c'est une loi de vie ! Jésus poursuivra dans le même sens avec des expressions comme "perdre sa vie pour la gagner, s'en priver en ce monde pour la gagner en l'autre…" Puis il prie son Père qui se manifestera : "Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »" Le Père du ciel et Jésus ne font qu'un, il nous l'a répété bien des fois ! Notre foi est faible, douteuse, frileuse, alors le Père vient la réchauffer, la solidifier. Jésus l'a bien senti, oui, le Père et lui vivent une même mission près des hommes, près de la création, près de leur création. Pour ne pas nous laisser penser que nous avons enfin ! compris, Jésus ajoute : "et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes."

Jésus, ton HEURE EST VENUE ! comme ces Grecs, je viens me présenter à toi pour que tu me fasses comprendre que TON HEURE est encore VENUE, aujourd'hui, par ma foi, mon amour du prochain, ma vie près de toi.

(Lire le texte en Jn 12, 20-33 ou aller à http://www.aelf.org, 5e dimanche du Carême, année B, 18 mars 2018)



fin article - 770 affichages depuis le 18 Mar 2018