OB√ČIR

vendredi 6 avril 2018

Ce qui se passe ici, dans cet évangile, me semble un peu hors de l'ordinaire. Que 7 gars dont le métier est la pêche décident d'y aller, ça va. Ils sont un peu désemparés, ils n'ont plus Jésus, l'Esprit-Saint ne leur a pas encore été remis, alors ils font ce qu'ils connaissent : "Simon-Pierre leur dit : Je m’en vais à la pêche. Ils lui répondent : Nous aussi, nous allons avec toi." Ici commence le "pas ordinaire" ; un homme sur le rivage les voit, ils n'ont rien pris et un pêcheur sans poisson !!! Il leur dit : "Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez."  Des professionnels qui obéissent à un quidam sur la grève ! Bien leur en fût car ils ont compté et dans : "le filet plein de gros poissons :il y en avait cent cinquante-trois." La personne sur le bord du lac est reconnue par Jean "le disciple que Jésus aimait". Pierre passe un vêtement et va vers le Seigneur. Jésus a déjà préparé le repas : "ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain." Jésus leur sert à manger : "il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson."

L'extraordinaire est là, ils le reconnaissent alors, après leur obéissance aveugle. Des hommes rudes, ces pêcheurs et leur cœur rivé sur la nature, sur la mer, sur leur barque; cela ne les empêche pas d'aller au-delà de leurs connaissances… ils voient le Seigneur avec des yeux nouveaux. Jésus les accompagne toujours.

(Lire le texte en Jn 21, 1-14 ou aller à http://www.aelf.org, 6 avril 2018)



fin article - 381 affichages depuis le 5 Apr 2018