LES PUBLICAINS, LES PÉCHEURS

samedi 18 janvier 2020

Notre société libérale, parfois amorale, très pluraliste religieusement, utilise encore des mots qui sonnent bien et d'autres qui catégorisent les gens. Volontairement ou non, les personnes sont mises dans des casiers qui plaisent aux unEs et déplaisent aux autres. On aime classer !!!

Voilà que Jésus rencontre Lévi à son bureau des impôts : "Il lui dit : Suis-moi. L’homme se leva et le suivit." On n'a pas beaucoup de mots, une invitation, une réponse positive. Or ces collecteurs d'Impôts avaient mauvaise presse auprès des fidèles et des concitoyens… ils travaillaient pour le méchant, l'impérialiste romain. Lévi sait recevoir et il a mis la table pour celui qui vient de l'appeler, d'en faire un disciple. Certains s'indignent : "Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! " Mais c'est la mission de Jésus, sauver la maison d'Israël, chercher la brebis égarée. Et il le dit : "Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs."

Me reconnaître pécheur, pécheresse devant Jésus, c'est me réserver sa visite dans mon cœur, dans ma vie… et c'est pour cela qu'il est venu. Me reconnaître pécheur, pécheresse, c'est aussi accepter d'avoir pour amiEs des personnes comme moi, des gens qui marchent dans les voies de la miséricorde, de l'amour infini. Pas de jugement mais un accueil d'accompagnement vers Celui qui apporte la Vie.

(Lire le texte en Mc 2, 13-17 ou aller à https://www.aelf.org, 18 janvier 2020)





fin article - 144 affichages depuis le 18 Jan 2020